LA FORMULE DE RÉUSSITE DE BNI

maxresdefault

 

Quel est le véritable secret du succès de BNI ? Le seul secret est … il n’y a pas un « seul » secret. Pour que les membres réussissent dans BNI, c’est une formule de quatre éléments importants que les membres doivent appliquer pour réussir. C’est la formule de réussite de BNI : Qualité Croissance Engagement Histoires.

 

  1. Embrassez la qualité ! La qualité est n°1 de la liste pour une raison. Le processus commence par être très sélectif sur ce que vous apportez dans un groupe BNI. Vous voulez des professionnels de l’entreprise de qualité qui ont une attitude positive et favorable. Vous voulez également que les gens soient satisfaits de ce qu’ils font. C’est l’aptitude et l’attitude. Nous assumons tous l’aptitude, mais nous oublions souvent l’attitude et après trois décennies dans BNI, je peux vous dire que c’est critique.

Un réseautage efficace dépend de la qualité des relations que vous développez réellement dans le groupe. Si votre réseau mesure 100 mètres de large et 1cm de profondeur, vous ne recevrez pas les références que vous attendez. Par conséquent, il est important de développer des relations profondes avec vos partenaires de référence si vous souhaitez générer plus de retours sur investissement. Cela signifie que vous devez les connaître suffisamment et avoir confiance en eux. Afin d’assurer une participation de qualité dans un groupe BNI, il faut entretenir ses relations avec les membres de votre groupe.

L’une des forces d’un bon réseau est que beaucoup de membres sont amis. L’une des faiblesses d’un bon réseau est, ironiquement, que beaucoup de membres sont amis. Il est plus compliqué de mettre ses amis devant leur responsabilité de membre. Cependant, BNI n’est pas une organisation d’amitié. C’est une organisation de référence. Ainsi, afin de générer des contacts de qualité, les membres doivent tenir leurs collègues responsables de leur participation à un groupe. Si vous attendez de vous plus que le meilleur de vos membres, vous l’obtiendrez. Si vous attendez moins que le meilleur de vos collègues, vous l’obtiendrez. Pourquoi accepter la médiocrité lorsque l’excellence est une option ? La responsabilisation d’un groupe vous aidera à atteindre l’excellence. La dernière partie de la «qualité» qui est important à mentionner est l’application de notre philosophie de base, Qui donne reçoit®, dans un groupe. Plus les membres qui vivent cette philosophie, plus un groupe sera réussi.

2. Développez votre équipe ! Il y a des années, j’ai appris qu’il existe une corrélation dramatique entre la taille d’un groupe de qualité et le nombre de renvois générés par ce groupe. Les groupes de moins de 20 membres ne génèrent pas autant de business (proportionnellement) que les groupes de plus de 20 membres. Les mathématiques le prouvent. Si vous avez un groupe de 16 personnes, ce groupe a 256 connexions (16×16). [Voir le diagramme A] Cependant, un groupe de 32 personnes a 1 024 connexions (32×32)! [Voir le diagramme B] Chez BNI, la taille critique pour un groupe commence en dessous de 20 membres (la taille moyenne des chapitres dans le monde est d’environ 24)

1

2

Ce multiple des connexions devient encore plus intéressant à mesure qu’il augmente. Par exemple, si vous passez d’un groupe de 24 membres à 48 membres, ce groupe passe de 576 connexions à 2 304 connexions (le double de la taille – quadruple les connexions) ! Dans un réseau, le nombre de relations (ou de membres) conduit à un nombre de connexions qui est un multiple carré de l’appartenance réelle. J’appelle ce ratio de personnes dans un groupe par rapport aux connexions totales qui sont créées comme «l’effet de connexion au carré». Par conséquent, la quantité de membres fait vraiment une différence dans le nombre total de connexions et inévitablement la quantité de business pouvant être générés dans un groupe. Parfois, cela pose la question : quand un chapitre est-il trop grand ? C’est difficile de répondre ! Cependant, je peux vous dire que moins de 1% de nos groupes ont dépassé 80 membres (en passant, un groupe de 80 membres a 6 400 connexions!). En bout de ligne, les connexions que vous avez (en fonction des relations de qualité, bien sûr), plus vous renvoyez de références. Pendant des décennies, j’ai vu des groupes qui sont deux fois plus grand que d’autres groupes dans une région génèrent plusieurs références supplémentaires que leurs homologues plus petits. Les mathématiques sont assez importantes et cohérentes.

3. Rechercher un engagement ! L’engagement implique une promesse et une action. Pour réussir dans un groupe, les membres doivent s’engager à se soutenir mutuellement et à prendre les mesures nécessaires pour respecter cette promesse. Il existe de nombreuses façons dont les membres peuvent être engagés dans un groupe. Ils commencent tous par le fait que le groupe soit immergé dans une culture d’apprentissage. Est-ce que tout le monde a participé à la formation du programme Success Success ? La plupart de vos membres écoutent-ils les podcasts hebdomadaires à www.BNIPodcast.com? Est-ce qu’ils lisent SuccessNet régulièrement ? Est-ce que vos membres consultent mon blog sur www.IvanMisner.com ou consulte nos vidéos sur Networking for Success Channel? Plus le nombre de membres engagés dans ces activités est élevé, plus le groupe risque de générer davantage de business. La raison en est une vision partagée du succès et une mise en œuvre partagée de cette vision. Une autre façon de s’engager activement dans un groupe consiste à rencontrer des membres en dehors de la réunion régulière de BNI. À plusieurs reprises, je vois que les membres qui font des tête-à-tête ordinaires ont tendance à donner et à obtenir plus de business. Enfin, vous et vos membres faites-vous des infommerciales vraiment efficaces chaque semaine ? Les meilleures infommerciales sont celles qui mettent l’accent sur la rupture de votre entreprise aux éléments spécifiques de votre entreprise. Chaque semaine, parlez d’un élément clé, d’un produit ou bénéficiez de ce que vous faites. Selon Psychology Today, la recherche a révélé que les personnes «activement engagées» dans un environnement commercial sont «43% plus productives» que celles qui ne le sont pas. En outre, ils affirment que l’engagement comprend «un dialogue régulier, la qualité des relations de travail, les perceptions de l’éthique et des valeurs de l’organisation et la reconnaissance». Est-ce que cela semble familier à ce qui se fait dans de bons groupes BNI ? Il y a des recherches derrière notre action recommandée pour l’engagement, et c’est essentiel pour le succès des membres d’un groupe.

4. Partager les histoires ! La dernière partie du « 3 + 1 For Success » est de raconter des histoires. En écoutant attentivement les présentations hebdomadaires de votre membre, vous aiderez à raconter des histoires positives sur vos collègues. Pensez à vos nombreuses expériences et écrivez-les. Il y a quelques années, j’ai rencontré Robert Dickman, auteur de The Elements of Persuasion. Il m’a appris la formule pour une bonne histoire : Une histoire est un fait Emballé dans une émotion Cela nous oblige à agir, cela nous transforme en quelque sorte. La clé ici est qu’une bonne histoire oblige les gens à agir, et cette action les transforme ou les aide d’une manière ou d’une autre. J’essaie toujours de ré-vivre une histoire, pas seulement de raconter une histoire. Faites en sorte qu’il soit frais et vivant. C’est un aspect important de la narration. Vous ne pouvez pas penser à une histoire ? Regardez ici SuccessNet. Il y a beaucoup d’histoires que vous pouvez partager. Rappelez-vous que les faits racontent, mais les histoires se vendent. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les témoignages que vous donnez lors d’une réunion de de groupe. La formule de réussite dans BNI : Embrassez la qualité, Faites grandir votre équipe, Chercher l’engagement et Partager des histoires ! Pourquoi accepter la médiocrité lorsque l’excellence est une option ? L’excellence est une option dans BNI. Comprendre et appliquer cette formule de réussite transformera votre groupe de manière incroyable.

 

Par : Ivan Misner, Ph.D le 6 juin 2017 – traduit par Florence Perret.